(ASKMEDIA SUR QUOI.INFO) Ça y est, Internet a son musée !






  1. Quel est le principe ?

The Big Internet Museum réside dans une idée simple : héberger, en un endroit donné, des notices sur les concepts, applications, usages, outils constitutifs d’Internet.

Ce musée de genre nouveau se veut à la fois une mémoire du passé du web et un inventaire de l’existant. Internet étant un objet particulièrement éphémère, les nouvelles générations ne connaîtront probablement pas MSN, AOL ou IRC : le musée permet de leur faire découvrir. Mais Internet évoluant constamment, cela permet aussi de prendre connaissance de ses dernières évolutions.

La navigation est très fluide et le design bien pensé, pour se balader facilement d’un sujet à un autre.

  1. Que contient-il ?

Pour autant, les fondateurs du TBIM ne veulent pas que leur musée ressemble à Wikipédia : les « pièces » présentées sont sélectionnées et en nombre limité. Pour l’instant, 62 sont en ligne sur le site, réparties en plusieurs catégories : médias sociaux, technologie, mèmes, audiovisuel, etc.

Vous pouvez trouver des entrées (une image, une explication et un lien vers le service s’il existe toujours) pour des sujets aussi divers et aussi constitutifs que les gifs, le concept du web, Gangnam Style, Facebook, Twitter, les Emoticônes, smartphone, NyanCat, Hacking, HTML, Netscape, Wap,…

Une exposition temporaire autour de Flash est également en ligne.

  1. Gratuit et participatif

Le musée est entièrement gratuit et bien évidemment ouvert à toute heure. Fidèle aux principes d’Internet, le site est également participatif : il propose un formulaire pour soumettre des « pièces » au musée. Mais la demande doit être motivée.

Les internautes peuvent également voter pour déterminer quelles pièces méritent leur place dans le musée. Actuellement, vous pouvez voter pour les entrées suivantes : Gmail, Anonymous, MySQL, Trolling, Vimeo, Spotify et une dizaine d’autres.

 

 

Comments are closed.

 
Back to top